9 mars 2021

Meurtre dans le Morvan

Salut à tous,

Une de mes bonnes résolutions pour 2021, lire plus d’auto-édition. Du coup, en prévision, je furète, à l’affût d’une bonne lecture et je suis tombé sur des retour plutôt sympa de ce roman.

Alors oui vous me direz, on est pas en 2021 mais j’ai décidé de prendre un peu d’avance.

Et avec les ténèbres d’Orcus, je peux dire que ça commence vraiment pas mal.

On se retrouve dans le Morvan avec Chevrillon, capitaine de gendarmerie de son état, alors qu’un meurtre particulièrement sordide vient d’avoir lieu. La particularité de Chevrillon, il déteste la campagne et ses habitants qu’il considère comme des péquenots. Et à ce niveau là, il va être servi. Mais comment mener une enquête quand personne ne veut parler et que la loi du silence règne en maître.

Si la construction du roman reste assez classique, l’intrigue est assez efficace et c’est avec plaisir qu’on avale littéralement les 280 pages. Ça va vite, pas de temps morts.

Mais un des vrais points forts du roman, c’est son atmosphère. On se retrouve vraiment avec les personnages dans le froid, la neige, la forêt. Tout y est parfaitement retranscrit et ça, c’est essentiel dans ce type de récit. Et sans vouloir paraître chauvin, ce Morvan la en hiver n’a rien à envier au forêt nordique cher aux auteurs du même coin.

Vous l’aurez compris, les ténèbres d’Orcus a été pour moi une très bonne surprise. Et malgré que ce livre soit assez court au final, l’auteur a réussi à me faire apprécier ces personnages, d’autant que la fin pourrait laisser présager d’une suite (peut-être). Et personnellement, je ne serais pas contre me replonger dans une enquête du capitaine Chevrillon et de son adjoint.

Je conseille avec enthousiasme.

Bonnes lectures, Seb

Les ténèbres d’Orcus
K. Bellatrix
Auto-édition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *